FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

Le réalisateur de Taken au Festival international du film de Fajr

99

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La 36e édition du Festival international du film de Fajr est lancé à Téhéran. Il recoit notamment le réalisateur de Taken 2 et 3, scénariste et éditeur français, Olivier Megaton, qui fait partie de la délégation française, ainsi qu’Isabelle Giordano, présidente d’Unifrance.

Téhéran, 23 avril, IRNA

Mon intérêt pour le cinéma iranien est la raison de ma présence au FIFF

Le réalisateur français Olivier Megaton, qui participe au 36ème Festival international du film de Fajr, a déclaré que son intérêt pour le cinéma iranien était le principal motif de participation à la foire en cours.

Le réalisateur, scénariste et éditeur français connu pour avoir dirigé « The Red Siren, Transporter 3, Colombiana et Taken 2, et Taken 3 » participe à la 36ème édition du Festival international du film de Fajr.

Malgré les différences culturelles entre l’Iran et la France, les deux pays sont toujours délimités, notant que les nations pourraient être des amis malgré les différences, a déclaré Megaton.

« Je pense que cela a changé. Il y a quelques années, le festival de Cannes était plus artistique, mais maintenant il ne s’agit plus que d’argent, aucun jeune cinéaste ne peut rejoindre le festival mais ici, je vois tant de jeunes cinéastes talentueux montrer leurs talents par leurs œuvres. Donc, ce festival est plus vivant et plus actif », a-t-il dit en parlant de la renommée du FIFF.

Une fois, j’ai eu un projet en Chine, laissez-moi vous dire un secret, tout est totalement différent de la France. Faire avec ces deux cultures et du cinéma connectés est donc une mission difficile. Mais les artistes trouvent toujours un moyen de connecter les cultures et les genres les uns aux autres. Mais certains films ont des thèmes ou des motifs universels, de sorte que toutes sortes de publics du monde entier peuvent en profiter, a-t-il déclaré en réponse à une question sur la façon dont les réalisateurs pourraient faire connaître le cinéma international de leur pays.

A propos de l’Iran et du cinéma français, « j’insiste encore sur les différences de cultures. Il est très difficile d’avoir une coproduction, mais des gens comme Farhadi et Kiarostami ont accompli la mission de toucher le cœur des gens avec reconnaissance », a-t-il ajouté.

Commentant le rôle du Festival de Fajr en montrant le vrai visage de l’Iran, Megaton a déclaré aujourd’hui que les gens se moquent des choses racontées par les médias. Ils trouvent la vérité ou ne se soucient pas du tout des nouvelles.

Cliquez ici pour lire l’article sur le site d’IRNA

 

You might also like