FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

L’Europe met en place un mécanisme de “troc” pour commercer avec l’Iran

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Union Européenne propose un nouveau dispositif à l’Iran, afin de préserver l’accord sur le nucléaire, malgré les pressions économiques américaines et le retour des sanctions, auquel certaines entreprises européennes pourraient échapper.
L’annonce a été faite ce lundi 24 septembre par la cheffe de la diplomatie de l’Union Européenne, Federica Mogherini, à l’occasion de l’assemblée générale de l’ONU qui se tient actuellement à New-York, au siège des Nations Unies.
Dans une déclaration, qu’elle a lu aux cotés de Mohammad Javad Zarif, ministre des affaires étrangères iranien, elle a expliqué, “Cela permettra aux compagnies européennes de continuer à commercer avec l’Iran conformément au droit européen et pourrait être ouvert à d’autres partenaires dans le monde”.
La prise de parole conjointe a fait suite à une réunion consacrée à la sauvegarde de l’accord nucléaire de 2015, après la sortie fracassante des Etats-Unis de celui-ci en mai. Les représentants des six pays signataires encore membres de l’accord – France, Royaume-Uni, Chine, Russie, Allemagne et Iran – étaient présents à ce rendez-vous, organisé en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU.

Contourner le dollar

Prenant la forme d’une “entité ad hoc” (Special Purpose Vehicle – SPV), le dispositif se présetrait comme une sorte de bourse d’échanges, ou système de tric en version sophistiqué, afin de permettre aux entreprises de passer outre le dollar. Un mécanisme plus ou moins similaire avait déjà été mis en place entre la Chine et l’Iran pour contourner le dollar par le passé.
L’enjeu, pour l’Union Européenne, est de parvenir à “rassurer les acteurs économiques qui ont un commerce légitime avec l’Iran” a insisté Federica Mogherini. L’idée centrale est de préserver les bénéfices économiques que l’Iran attendait de l’accord, en échange de son maintien dans l’accord nucléaire et donc, du renoncement à une large partie de ses activités dans le domaine nucléaire.
Malgré les espoirs nés de la signature de l’accord, l’Iran espérait une embellie économique et une ouverture sur le monde. Le retrait des Etats-Unis, suite à la décision de Donald Trump en mai dernier et le retour des sanctions économiques ont mis fin à cela. De nombreux grands groupes internationaux français comme Total ont déjà annoncé leur départ d’Iran, par crainte des représailles US.

Fodasun

You might also like