FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

Nouvelles pressions économiques américaines sur l’Iran

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis ce jeudi 2 mai 2019, les Etats-Unis ont levé les dérogations qui autorisaient huit pays à continuer d’importer du brut iranien. Chine, Inde, Turquie, Japon, Corée du Sud, Taïwan, Italie, Grèce sont désormais menacés de pénalités financières si ils continuent d’acheter du pétrole par Washington.
Les Etats-Unis ont annoncé l’objectif de “réduire à zéro” les exportations de pétrole de Téhéran, afin de couper l’Iran d’une de ses principales sources de revenus.
Annoncée le 22 avril dernier, cette levée de dérogations a donc pour but de maximiser la pression sur l’Etat iranien: “Après cela, note un enseignant que l’AFP a rencontré dans la capitale iranienne, les recettes du pays vont baisser, naturellement, et le rial (monnaie iranienne, NDLR), va chuter davantage”.

“Les sanctions sont illégales”

Toute fois, la Chine, la Turquie et la Corée du sud ont publiquement dénoncé la politique américaine.
Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères iranien indiquait de son côté, il y a quelques jours, ne pas prendre acte de cette décision américaine. “Puisque les sanctions en question sont illégales dans leur principe même, la République islamique d’Iran n’avait attaché et n’attache aucune valeur ni aucune crédibilité aux dérogations accordées relativement auxdites sanctions.
Federica Mogherini, haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’Union européenne assure que l’Europe – pour laquelle cette législation est “contraire au droit international”, “s’appuiera sur toutes les mesures appropriées pour réagir aux effets de la loi, y compris en ce qui concerne ses droits dans le cadre de l’OMC et par le recours à la loi de blocage de l’UE”.

Fodasun

You might also like