FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

Sanctions US de dernière minute, “un autre signe de la nature perverse de l’administration criminelle de Trump” selon l’Iran

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alors que le mandat de Donald Trump, marqué par sa politique de “pression maximum” contre l’Iran et la sortie des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire, est sur le point de s’achever avec la prise de pouvoir du Démocrate Joe Biden le 20 janvier prochain, son administration ne chôme pas.
Les Etats-Unis ont annoncé vendredi imposer de nouvelles sanctions contre des compagnies en Iran, en Chine et aux Emirats arabes unis (EAU) pour avoir fait commerce avec l’Iran Shipping Lines, et contre trois entités iraniennes pour la prolifération d’armes conventionnelles
Mike Pompeo, le Secrétaire d’Etat américain, a annoncé que Washington avait sanctionné sept sociétés et deux personnes pour avoir envoyé de l’acier en provenance de ou vers l’Iran.
L’Américain a ajouté avoir “élargi le spectre des sanctions relatives aux métaux”.

Téhéran parle d’un “gouvernement en faillite”

Du coté de Téhéran, la nouvelle a été accueillie avec une certaine distance. “Les récentes sanctions américaines, bien qu’elles ne soient rien de plus qu’un spectacle, sont un autre signe de la nature perverse de l’administration criminelle de Trump – un gouvernement en faillite qui, même dans ses derniers jours, ne peut mettre de côté son hostilité envers les Iraniens”, a écrit sur le réseau social Twitter le chef de cabinet du président iranien, Mahmoud Vaezi.
Le président élu Joe Biden, qui sera investi Le 20 janvier, a déclaré que Washington redeviendrait partie prenante de l’accord sur le nucléaire iranien, signé en 2015 par l’administration Obama.
Les sanctions imposées par l’administration Trump pourraient rapidement levée si les Etats-Unis rejoignent à nouveau cet accord et que le dialogue se renoue sur des bases différentes entre Téhéran et Washington.

Fodasun

You might also like