FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

La France est le 4e partenaire commercial européen de l’Iran

93

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Avec la levée partielle des sanctions suite à l’accord sur le nucléaire iranien, la France se situe aujourd’hui derrière l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas, comme le soulignent Les Echos.

La France est devenue le quatrième partenaire commercial de Téhéran

Virginie ROBERT | 08/02 | 16:26

Les obstacles sont loin d’être levés mais l’intérêt des entreprises françaises pour le marché iranien demeure, malgré l’inconnue posée par la politique américaine.

La levée des sanctions depuis l’accord sur le nucléaire iranien en juillet 2015 a conduit la France à se positionner comme le quatrième partenaire commercial actuel de Téheran, derrière l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas. Sa part de marché est encore faible (1 % contre 4 % pour l’Allemagne), mais l’activité commerciale entre la France et l’Iran a doublé l’an dernier par rapport à 2016. Selon les derniers chiffres du Trésor, sur les dix premiers mois de 2017, les exportations françaises ont atteint 1,2 milliard d’euros tandis que les importations se sont établies à 2 milliards d’euros, essentiellement dans les hydrocarbures.
Les Français prennent notamment position sur les marchés des transports, de la santé et de l’aéronautique. Renault a ainsi profité de sa bonne implantation en Iran, qui est devenu le huitième marché du groupe, avec 162.000 ventes en 2017 (+49 %). Vinci attend les concessions pour rénover et exploiter les aéroports de Masshad et d’Ispahan. Un intermédiaire financier a vu son volume d’affaires progresser de 30 % l’an dernier. Mais parce que les structures de financement font gravement défaut, « il y a eu entre 300 et 400 millions d’exportations de la France vers l’Iran qui n’ont pas pu se faire en 2017 », estime-t-il.
L’inconnue américaine
L’incertitude concernant les sanctions américaines est le facteur le plus inhibant pour les entreprises. Le président Trump a donné un ultimatum aux Européens pour remédier « aux défauts » de l’accord sur le nucléaire de 2015 et le sauver avant le 12 mai prochain.

 

Cliquez ici pour lire la suite sur le site lesechos.fr

You might also like