FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

Thierry Coville (IRIS) tire le bilan de l’Iran à la 54e conférence de la sécurité

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Elle s’est déroulée ce week-end en Allemagne, à Munich. Elle a été l’occasion d’échanges vigoureux entre Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien et le ministre des Affaires Etrangères de la République Islamique d’Iran, Javad Zarif. Thierry Coville, économiste, chercheur à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et économiste spécialiste de l’Iran analyse cette conférence, au regard de l’actualité de l’Iran au plan international, mais aussi nationale.

Iran : Téhéran reste inflexible à l’extérieur mais prend conscience des tensions internes au pays

Interview
21 février 2018
Le point de vue de Thierry Coville

Lors de la 54e conférence de la sécurité qui s’est déroulée à Munich, les autorités iraniennes se sont montrées inflexibles face aux accusations d’ingérence, de déstabilisation régionale et de menaces de retrait de l’accord sur le nucléaire, portées par les États-Unis et ses alliés régionaux à son encontre. Mais cette inflexibilité du régime iranien à l’international est mise à mal sur le plan interne par les récentes contestations qui avaient agité le pays. L’analyse de Thierry Coville, chercheur à l’IRIS.

Au regard de l’escalade verbale et militaire de ces derniers jours au Moyen et Proche-Orient, quels étaient les principaux enjeux de cette 54e conférence de Munich sur la sécurité internationale pour les autorités iraniennes ?

L’Iran participe depuis quelques années à cette conférence, mais cette dernière édition a évidemment pris un tour particulier. Tous les observateurs, et l’Iran elle-même, avaient anticipé le fait que le pays allait être sous le feu d’accusations d’ingérence et « d’impérialisme » au niveau régional, de la dénonciation à la fois de l’Accord « 5+1 », mais également de son programme balistique.

Ces critiques ont été extrêmement virulentes de la part des États-Unis, de l’Arabie Saoudite en conflit interposé avec le régime iranien, ainsi que d’Israël qui a justifié ses derniers bombardements comme la réponse à l’intrusion d’un drone iranien dans son espace aérien. Pour Téhéran, la Conférence de Munich constituait une tribune idéale à ces critiques. Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères a d’ailleurs dénoncé dans la foulée leur caractère caricatural.

Cette conférence était en réalité le théâtre d’une joute diplomatique face à laquelle le pays s’est montré inflexible.

Cliquez ici pour lire la suite de l’interview sur le site de l’IRIS

You might also like