FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

L’Iran prêt à “contourner fièrement” les sanctions américaines

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis ce lundi 5 novembre, les nouvelles sanctions américaines sont entrées en vigueur. Cette fois-ci, ce sont plus particulièrement les secteurs liés au pétrole et à la finance qui sont visés. L’objectif annoncé du président américain, Donald Trump et de son administration est de “mettre à genoux” économiquement l’Iran. Ce, six mois après que les Etats-Unis se soient retirés de l’accord nucléaire avec l’Iran. Ce dernier avait été signé sous la précédente administration démocrate avec à sa tête à l’époque, en juillet 2015, le président Obama. Dans la foulée de l’accord de Vienne, les USA et l’Europe avaient commencé à lever partiellement les sanctions financières qui touchaient la République islamique d’Iran depuis 1979.
Mis de côté sous l’ère Obama, le vieux conflit entre l’Iran et les Etats-Unis est revenu sur le devant de la scène avec l’élection de Trump, farouche adversaire de cet accord, qui a répondu à une de ses promesses de campagne en sortant les USA de manière unilatérale.
Le message était clair, toute les entreprises qui font du commerce avec l’Iran doivent cesser immédiatement leurs activités sous peine de lourdes pénalités financières, dans le monde entier, grâce à l’extraterritorialité du droit américain qui repose sur le dollar notamment.
Alors que les sanctions faisaient leur retour ce lundi, Hassan Rohani, le président iranien, s’est adressé à son homologue américain, “J’annonce que nous allons contourner avec fierté vos sanctions illégales et injustes car elles vont à l’encontre du droit international”.

“Tentative d’intimidation”

“Nous sommes en situation de guerre économique et nous affrontons une tentative d’intimidation. Je ne pense pas que dans l’histoire américaine il y ait eu jusqu’à présent quelqu’un à la Maison Blanche qui contrevienne à ce point au droit et aux conventions internationales”, a expliqué Rohani.
Ce samedi, quant à lui, le Guide Suprême de la révolution islamique, Ali Khamenei, avait accusé Donald Trump de “discréditer” la parole des Etats-Unis dans le monde.
Dans les faits, alors que les USA avaient annoncé une “pression économique maximum” sur l’Iran, ça ne sera pas tout à fait le cas. En effet, ce week-end, les USA ont annoncé que huit pays seraient exemptés de sanctions économiques si ils continuent de se fournir en pétrole iranien. Or, les plus gros clients de l’Iran que sont la Chine, la Russie, l’Inde mais aussi la Turquie seraient épargnés par les sanctions pour le moment.
Les Américains ont également expliqué la semaine dernière que les Etats-Unis souhaitaient déconnecter l’Iran du circuit bancaire international Swift, ossature du système financier mondial, comme c’était le cas de 2012 à 2016. Mais l’Union Européenne, qui souhaite continuer à appliquer l’accord, ont déjà pris des dispositions afin de mettre en place un mécanisme de compensation pour continuer les échanges avec l’Iran.
Les semaines et les annonces à venir seront décisives.

Fodasun

You might also like