FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

L’Iran exporte ses nanotechnologies dans 45 pays

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les clients de l’Iran sont principalement la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Italie, l’Australie, le Japon, et la Corée du Sud.

Les nanotechnologies en Iran ont le vent en poupe, à en croire Saeed Sarkar, le secrétaire-général du Conseil national de l’initiative nanotechnologique, dans une interview au site Iran Front Page.
Selon lui, 420 produits ont été certifiés et sont fabriqués par 170 entreprises en Iran.
«  Désormais, nous nous concentrons sur l’exportation. Nous avons l’intention d’augmenter nos parts de marché  », explique-t-il.
«  Depuis 2013, nous avons enregistré une hausse de 100% du développement de nos marchés chaque année  ».
Saeed Sarkar a expliqué que, après l’installation du conseil en 2003, un document stratégique sur un horizon de 10 ans avait été établi. «  Le but était surtout de repérer et former des ressources humaines dans le domaine des nanotechnologies  ».
Un second document, lui aussi pour 10 ans, a été signé en 2015, plus particulièrement centré sur l’industrialisation de cette filière ainsi que le développement de l’export.
«  Aujourd’hui, si un sommet devait se tenir entre les 10 premiers pays du secteur, l’Iran serait très certainement dans la partie haute du panier  », précise le responsable.

Comment l’Iran est devenu exportateur de nanotechnologies

Saeed Sarkar estime que les réalisations de la République Islamique d’Iran dans le domaine des nanotechnologies sont relativement uniques. «  Partout où nous allons, les gens sont surpris de voir à quel point l’Iran a su accéder à un tel niveau de progrès technique  ».
Il a bien évidemment insisté sur le fait que les sanctions économiques qui pèsent sur l’Iran est un des principaux obstacles qui pèsent sur un développement technique encore plus performant.
«  Nous avons besoin d’équipement très avancés pour nos laboratoires de recherches et d’essais, mais à chaque fois que l’on essaye de s’en procurer, on nous répond qu’on ne peut pas en vendre à l’Iran, à cause des sanctions  », déplore-t-il.
Cela n’a pas pas découragé l’Iran qui n’a pas eu d’autres choix que de réparer et rénover les anciens équipements afin de remettre à neuf les installations du pays.
«  D’abord, nous avons collecté tous les équipements qui existaient déjà, à travers tout le pays. Ceux qui étaient cassés ont été réparés, en collaboration avec le Conseil. Nous avons formé des techniciens pour ça, et mis en place un réseau afin de le mettre à disposition de tous les laboratoires qui font partie du Conseil  ».
De plus l’Iran a également par la suite conçu et réalisé 150 pièces d’équipement avancé.
«  Aujourd’hui, les universités utilisent des équipements maison, et plusieurs en sont déjà à exporter, étant totalement compétitives en terme de prix et de qualité  ».
Ironie du sort, Saeed Sarkar ajoute, «  Les compagnies iraniennes se sont aujourd’hui transformées en concurrents de ces mêmes compagnies étrangères qui refusaient de vendre du matériel à l’Iran sous les sanction. Cela a été un grand pas  ».
Les nanotechnologies iraniennes couvrent 10 champs  : produits pharmaceutiques, production textile, construction, pétrole, et agriculture et automobile notamment.

Fodasun

Lire l’article sur Iran Front Page

You might also like