FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

La Chine défie Trump et importe 2 millions de barils de pétrole venus d’Iran

54

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alors que Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien est à Pékin pour évoquer les “affaires régionales et internationales” avec les représentants chinois ce 17 mai 2019, un pétrolier a particulièrement attiré des observateurs et notamment du site spécialisé TankerTrackers.com qui, comme son nom l’indique, analyse les mouvements du transport maritime énergétique. Comme le relève le site économique spécialisé “Bourse & Bazaar“, un pétrolier nommé PACIFIC BRAVO a transporté 2 millions de barils de pétrole depuis les terminaux maritimes de Soroosh et Kharg en Iran à travers le Golfe Persique
La destination officielle du PACIFIC BRAVO est indiquée comme étant l’Indonésie. Mais, selon Bourse and Bazaar, on peut en douter, étant donné que le navire a été récemment acquis par la banque de Kunlun, une institution financière appartenant elle-même au géant chinois du pétrole, CNPC. TankerTrackers.com affirme que la vraie destination du pétrolier est bien la Chine.

Changement de politique de la Chine

Il s’agit d’un vrai pied de nez aux sanctions américaines.En effet, le président américain Donald Trump, dans le cadre de la sortie de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran, avait annoncé la fin des dérogations accordées aux pays qui continuaient d’acheter du pétrole à l’Iran.
Les Chinois savent donc qu’ils s’exposent à de lourdes pénalités financières. Le dossier est d’autant plus passionné que la Chine est actuellement en pleine guerre commerciale avec les Etats-Unis.
La Banque de Kunlun est connu comme un établissement financier au coeur  de la relation entre la Chine et l’Iran. C’est pour cette raison qu’elle avait d’ailleurs été sanctionnée sous l’ère du président US Obama.
Or, la Banque de Kunlun avait pourtant annoncé en mai dernier qu’elle cessait sa collaboration avec l’Iran, à la suite de la révocation des dérogations. Le PACIFIC BRAVO démontre un changement dans cette politique.

La balle est dans le camp de l’Europe

Pour l’Iran, cette décision de la Chine de poursuivre ses achats de pétrole est une bouffée d’oxygène qui permet de lever les effets de la politique de “pression maximale” imposée par la politique de Washington contre l’Iran, qui vise un étouffement financier. L’Iran avait demandé aux pays qui sont restés dans l’accord des “signes” de leur intérêt à rester dans l’accord. La Chine vient de faire un pas, plaçant ainsi la balle dans le camp des Européens qui, eux aussi, travaillent à mettre en place un mécanisme financier afin de poursuivre les échanges commerciaux avec l’Iran, sans passer par le dollar. Mais pour l’heure, “INSTEX”, c’est son nom n’a pas encore démarré.

Fodasun avec Bourse & Bazaar

You might also like