FODASUN
Foundation of Dialogue and Solidarity of united nations

La question de l’eau en Iran inquiète

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La qualité médiocre de l’eau, dans le Sud de l’Iran, et plus particulièrement au Sud-Ouest de la province du Khouzestan, est à l’origine de troubles depuis plusieurs semaines.

Les habitants des villes d’Abadan et de Khorramshahr, dans la province du Khouzestan, situées au Sud-Ouest de l’Iran, le long de la frontière avec l’Irak et du Golfe Persique, ont participé à plusieurs manifestations ces dernières semaines, alors que la région fait face à des problèmes liés notamment à la quantité excessive de sel de la rivière de Bahmanshir, principale source d’eau potable pour les deux villes.
La semaine dernière, les autorités iraniennes ont indiqué que l’eau pourrait être rationnée à cause du «  de la forte salinité de la rivière de Bahmanshir, un arrêt de l’extraction de l’eau depuis la rivière, et une baisse des niveaux de pressions  ».
Ce rationnement pourrait se poursuivre jusqu’à la fin du mois de juillet.
«  La salinité de la rivière de Bahmanshir a atteint celle de la mer, ce qui fait que l’eau ne peut être extraite, ce qui a provoqué un ralentissement de l’approvisionnement en eau d’Abadan  », expliquent les autorités, le problème est le même à Khorramshahr.
«  Le Gouvernement est déterminé à résoudre ce problème d’eau potable dans les deux villes le plus vite possible  », a déclaré Eshaq Jahangir, le premier Vice-président d’Iran, il y a quelques semaines.
«  Nous devons faire tout ce qui est nécessaire pour améliorer la qualité de l’eau dans ces deux villes, avant d’atteindre le niveau critique  », a pour sa part déclaré Gholam-Reza Shariati , le gouverneur général de la province du Khouzestan, il y a quelques jours.

L’eau, un sujet sensible

Dans le même temps, Sadeq Haqiqipour, le directeur de la Compagnie des eaux du Khouzestan a souligne que les parties endommagées du pileline transportant l’eau depuis Karkheh a été réparé il y a 3 jours.
«  Avec l’eau qui commencent a être pompée depuis ce samedi 30 juin, le taux de transfert va atteindre sa capacité maximale et il est attendu que nos chers habitants recevront de l’eau qui pourra être purifiée par des machines à désaliniser chez soi, et les gens n’auront plus désormais à transporter des packs d’eau lourds  ».
Il a également annoncé que la 2e phase du projet Ghadir sera mise en place rapidement.
«  Plus de 5 équipes sont en train de travailler dans différents secteurs pour mettre en place ce projet, et tous les efforts sont mis en œuvre pour que le pipeline soit opérationnel le plus vite possible afin de désaliniser totalement l’eau  ».
Il a également indiqué qu’il n’y avait pas d’autres moyens que de forer l’eau des rivières de Karoon et Bahmanshir.
L’eau est sujet de sensible dans cette partie de l’Iran. Des manifestations ont eu lieu ce week-end et des heurts ont éclaté entre les participants et les forces de l’ordre. Selon l’agence iranienne Irna, les manifestants ont mis le feu à divers poubelles et bien publics, avant d’être dispersés par la police.

Fodasun

Source  : Iran Project

You might also like